Par linf1 3 janvier 2011 Poster un Commentaire

29 décembre : l'article

Comme au bon vieux temps de la folie des sitcoms des années 90, le magazine people GALA a consacré mercredi 29 décembre 2010, deux pages aux acteurs de la série pour raconter ce qu’ils étaient devenus, le voici :

Les copains d’avant se retrouvent

« Leurs fans n’osaient plus y croire. Dix huit ans après leurs débuts sur TF1, les gentils drilles du groupe AB reviennent sur TMC, avec Les Mystères de l’Amour, à la mi-Janvier. Plus matures, à l’écran comme à la ville…

On prend les mêmes personnages : Hélène, Nicolas, José, Béné, Cri-cri, Laly, Tom et Johanna. Et on recommence ! Mais cette fois-ci, les filles ne boiront pas du lait fraise à la cafét aux couleurs acidulées en attendant que les garçons répètent leur musique dans un garage aseptisé. « Nos personnages ont vieilli. On est loin des clichés nunuches, voire niais de ‘Hélène et les garçons’ ou des ‘Vacances de l’amour’. Même si c’est ça qui a tant plu », affirme Laure Guibert qui campe le rôle de Bénédicte.

Ce retour – très attendu par les fans – est avant tout une initiative de Patrick Puydebat, alias Nicolas, l’amoureux d’Hélène : « Après deux ans sur IDF1 en tant qu’animateur et producteur, j’ai voulu voir avec Jean-Luc lors d’un déjeuner ce qu’il advenait de la fiction. Il m’est venu l’idée de ce come-back… » Et six mois plus tard, les tournages débutaient dans Paris. Il n’aura pas fallu longtemps pour convaincre le reste de la troupe de revenir devant les caméras. C’est vrai qu’ils ne se sont jamais perdus de vue.

Tous mesurent surtout leur chance de rejouer la comédie. Depuis l’arrêt des ‘Vacances de l’amour’ en 2004, chacun a difficilement essayé de gagner sa vie. Pour Patrick, plus les castings s’enchaînaient, plus les échecs et les désillusions s’accumulaient : « Je suis très étiqueté. Camper le même personnage pendant dix-huit ans n’est pas sans conséquence. Je comprends la réticence de certains producteurs. C’est le revers de la médaille. »

Même combat pour Laly Meignan, maman de deux garçons. Fidèle à AB Productions, elle a enchaîné des apparitions dans « La baie des flamboyants » puis a animé des talk-shows sur IDF1.

D’autres sont retournés à leur première passion, comme Laure Guibert. Cette maman de deux enfants étaient avant tout peintre et sculpteur : « Ce n’est pas évident de gagner sa vie en tant qu’artiste. Il faut donc plusieurs cordes à son arc. Au début, j’ai essayé de profiter de ma notoriété pour vivre de mon art. Mais les gens venaient à mes expos pour voir Bénédicte, mon personnage ! »

Difficile aussi pour Philippe Vasseur, alias José, de se faire un nom dans le milieu de l’art. Papa d’un garçon de treize ans, il réalise des tableaux en relief dans sa maison de la Somme. « La fin des ‘Vacances de l’amour’ a été un soulagement pour moi. Ca devenait fade. J’attendais beaucoup plus de la série, des scénarios et de l’évolution de mon personnage un peu couillon. Mais je suis conscient que José est le seul rôle de ma vie. Et comme il faut bien manger… »

A l’étranger, Tom Schacht, alias Jimmy, est devenu en quelque sorte le « Bouygues suédois », comme il s’en amuse : « J’ai un ranch avec des chevaux que l’on entraîne pour les compétitions de saut d’obstacle. J’ai aussi une société de construction de maisons et de vitres. » Une reconversion réussie… probablement grâce à son anonymat dans son pays natal.

Une expérience partagée par Rochelle Redfield (Johanna) qui, depuis six ans vit avec ses quatre rejetons à New York, où elle écrit et illustre des livres pour enfants. Enfin, malgré un timide succès en France, Sébastien Roch (Cri-cri d’amour) brille sur les scènes russes. Ses talents de musicien et de chanteur sont reconnus au pays de Vladimir Poutine…

La version 2011 d’Hélène et les garçons a bien failli se faire sans la vedette. Vivant recluse dans sa campagne mancelle, Hélène Rolles a longuement réfléchi avant d’accepter de rejouer son personnage et reste très discrète sur sa vie privée : « Je n’apprenais plus rien à la fin de la série. J’ai eu un gros coup de fatigue. J’ai donc décidé de tout arrêter et de faire le point… Accepter de nouveau les tournages impliquait aussi un retour sur scène. Tout est lié. Mais aujourd’hui, je suis prête à revivre ça. » Comédiens marqués du jour au lendemain par la gloire et la haine inhérents au genre de la sitcom, ils assurent tous sortir plus ou moins grandis de l’expérience. Laure Guibert assume sans langue de bois : « On nous a catapultés sur le devant de la scène alors que nous avions tout juste vingt ans. Les gens se sont acharnés sur cette série. Alors que ‘Plus belle la vie’, c’est exactement la même chose. Mais, nous, on a essuyé les plâtres… »

Bref, dix-huit ans après ‘Hélène et les garçons’, nos héros sont de retour pour le plus grand plaisir des trentenaires nostalgiques. Mais ces derniers les suivront-ils jusqu’aux épisodes de ‘L’hospice de l’amour’ ? »

About

Sorry, the comment form is closed at this time.

Sorry, the comment form is closed at this time.

Articles récents